Mois : novembre 2017

Challenge Zéro Foie gras : Nancy dit non au foie gras

              Le 28 novembre 2017, l’équipe de Welfarm s’est rendue à Nancy pour mettre au défi les passants. Le principe : se passer de foie gras pour les fêtes de fin d’année, le gavage générant beaucoup de souffrances pour les animaux.

 

Si quelques-uns se sont montrés insensibles au sort des dizaines de millions de canards et d’oies gavés chaque année en France, une majorité de Nancéiens a été réceptive au message porté par Welfarm. Beaucoup ont même manifesté l’envie de le relayer auprès de leurs proches, prenant de nombreux tracts et badges « zéro foie gras ».

Défi relevé à Nancy pour Gwendoline et Élodie !

Challenge zéro foie gras : Welfarm défie les toulousains

Welfarm était à Toulouse le dimanche 19 décembre pour la dernière étape de sa tournée dans le Sud-Ouest de la France. Magalie, Marion et Élodie ont bravé le froid toulousain pour sensibiliser les passants au sort des canards et oies élevés notamment pour leur foie.

Un certain nombre de toulousains n’avait pas envie d’en savoir plus sur les méthodes de production du foie gras, qui génère, rappelons-le, des problèmes de motricité, lésions, régurgitations et diarrhées. A contrario, beaucoup d’entre eux étaient déjà sensibles à la cause et ont relevé le challenge. C’est donc avec espoir que l’équipe quitte « les terres du foie gras » pour lancer son défi aux lorrains et alsaciens.

Un grand merci à Magali, Élodie et Marion

Challenge zéro foie gras : les Palois signent pour les oies et les canards!

Welfarm a planté son stand en plein centre de Pau samedi 18 novembre pour mettre au défi les passants. Le soleil aidant, les Palois se sont montrés très réceptifs au message porté par Gérard, Sandrine, Marylène, Élodie et Marion.

Il faut dire que notre mascotte a été particulièrement active et a captivé l’attention des petits, tandis que les parents se renseignaient sur les méthodes de production du foie gras.

Nous avons ainsi fait de belles rencontres, notamment avec un ancien ouvrier d’Euralis qui a témoigné sur le sort réservé aux canards dans les élevages de foie gras. L’état de leur gosier ensanglanté et parsemé de lésions, ne laissait pas de place au doute quant à la souffrance subie par ces animaux. Des éleveurs de cochons ont également discuté avec nous, confirmant qu’ils recourraient à des pratiques que nous dénonçons : meulage des dents, castration à vif et coupe de la queue.

En somme, cette journée a été marquée par beaucoup d’échanges fructueux avec un public varié. Challenge relevé pour Gérard, Sandrine, Marylène, Marion et Élodie !

Une nouvelle action à Lectoure

Au marché du vendredi 17 novembre, rue nationale, une distribution de tracts par des militants  de l’association «Welfarm»  n’est pas passée inaperçue puisqu’il s’agissait d’alerter la population contre le gavage des animaux pour la production du foie gras. Cet aspect de la cause animale n’est pas toujours, on s’en doute, très populaire dans le Gers et certains badauds en ont d’ailleurs fait le reproche aux distributeurs de tracts. L’une d’entre d’elles, Geneviève Martin, a répondu à nos questions.

Q. – Quelle est votre motivation ?

R. – Par tradition nous aimons le foie gras car c’est un produit délicieux et une tradition ancienne associée à notre région dont nous sommes fiers mais en oubliant  de nous mettre à la place de l’animal.  Or l’animal est un être qui peut souffrir comme nous, et la gavage le fait souffrir et cela devrait à mon sens passer avant tout le reste. Je voudrais insister sur cette évidence simple, naïve, essentielle. Il y a quantités d’autres souffrances, certes, certaines difficiles à éviter mais celle-là est  inutile, gratuite, et que nous pouvons très facilement refuser, ici, maintenant, sans aucune autre responsabilité que la nôtre, en n’achetant pas de foie gras. 

Q. – Vous avez conscience que beaucoup de gens, surtout ici, aiment le foie gras ?

R. – Oui, alors, si nous ne nous sentons pas le courage d’assumer cette responsabilité et tenons absolument à manger du foie gras, achetons-le à un éleveur d’ici, quelqu’un  de confiance, le plus respectueux possible de l’animal, nous ne cautionnerons pas ainsi les conduites les plus horribles qui existent ; mais ceci n’est absolument pas pas pour accepter l’idée que le foie gras traditionnel ne fait pas souffrir le canard : si celui-ci ne manifeste plus de réactions au-delà des premiers jours, ce n’est pas parce qu’il est en forme, c’est parce qu’il est épuisé, nauséeux, assommé puisqu’on pousse la maladie hépatique à l’extrême.

Par Elaine Bevan

La tournée Zéro Foie Gras continue direction Biarritz

Durant toute une semaine, nous parcourons les villes du Sud Ouest à la rencontre des consommateurs pour notre Challenge Objectif Zéro foie gras. Vendredi 17 novembre 2017, c’est à Biarritz que nous avons posé nos valises.

Devant les halles, nous avons interpellé les passants afin de les convaincre de ne plus consommer de foie gras, magret et confit. Nous avons bien été reçus et cette action fût un succès jusqu’à ce que la police nationale vienne nous déloger. En France, le tractage n’est pas soumis à autorisation mais un arrêté l’interdit dans certains lieux de la ville. Les Halles ne font pas partie de cette liste mais nous avons, apparemment trop dérangé les vendeurs de produits issus du gavage… Nous ne nous avouons pas vaincus le challenge continu dans d’autres villes de France!

Un grand merci à Simone pour son implication sans failles!

Challenge relevé à Agen : un stand maintenu malgré la présence de producteurs de foie gras

Jeudi 16 décembre, Welfarm a tenu un stand un peu particulier dans la ville d’Agen. Et pour cause : la coordination rurale 47, un syndicat d’agriculteurs, a obtenu l’autorisation de tenir un stand à côté du nôtre pour promouvoir la production du foie gras.

Mais loin de nous faire de l’ombre, cette action des agriculteurs – à laquelle peu de passants ont participé – a permis de susciter l’intérêt des médias. Ainsi, des journalistes de RMC, RTL, France 3 ou encore Europe 1 sont venus assister à l’événement et nous ont interrogés sur nos motivations. Welfarm a ainsi pu faire entendre la voix des animaux à un large public et rappeler que les canards et oies souffrent d’un taux de mortalité 10 à 20 fois plus élevé en phase de gavage que durant la phase d’élevage.

Nombreux ont été les Agenais qui, malgré la tradition, ont accepté de relever le défi zéro foie gras pour les fêtes de fin d’année. Et ce, grâce à la force de conviction de nos bénévoles, Geneviève et Thierry que nous remercions chaleureusement pour leur mobilisation.

Vous pouvez consulter ici les articles relatant de l’action :

L’AFP

Libération

Le Point

RTL

L’Express

La Croix

France Soir

TV5 Monde

Actu Orange

Sud Ouest

Et plus généralement à propos de Welfarm :

Sud Ouest

Challenge zéro foie gras : les Rochelais prêts à se lancer !

Welfarm était présente à La Rochelle ce mardi 14 décembre en compagnie de Sandrine, Marie-Christine et Claude pour inviter un maximum de Français à se passer de foie gras pour les fêtes de fin d’année.

Interpellés par notre mascotte poule, arborant fièrement un écriteau expliquant qu’elle est heureuse de ne pas être un canard, les passants se sont interrogés sur leurs pratiques. Ils ont ainsi découvert que le foie gras générait beaucoup de souffrances pour les canards que l’on force à ingurgiter 450 grammes de nourriture en quelques secondes et ce deux fois par jour. Si certains Rochelais ne sont pas encore prêts pour le défi, beaucoup d’autres l’ont relevé, reconnaissant que l’on pouvait passer de très bonnes fêtes sans faire souffrir les animaux. Nous avons d’ailleurs rencontré un grand nombre de personnes déjà sensibilisées à la question du bien-être animal, certaines ayant fait le choix de réduire grandement leur consommation de produits provenant d’animaux. Un bilan très enthousiasmant pour Welfarm et ses sympathisants. Plus que jamais, nos actions peuvent faire la différence.

Merci encore à Sandrine, Marie-Christine et Claude pour leur engagement !

Salon Bien-être à Louverné avec le Challenge

Sylvie, une de nos bénévoles, a déjà utilisé son badge #ZEROFOIEGRAS, lors d’un stand au salon du bien-être à Louverné près de Laval ce dimanche 12 novembre. Pendant qu’elle travaillait, Sylvie a fait une place pour le challenge sur son stand et nous l’en remercions.

Les dépliants sur la table, des discussions et des distributions auprès des visiteurs pour faire grimper le nombre de challenger du défi.

 

 

 

Une action surprise qui nous l’espérons ne sera pas la dernière… alors à vos marques, prêt…..tractez… 

Le Challenge Zéro foie gras à Poitiers

Depuis le 4 novembre 2017, WELFARM a lancé le Challenge Zéro foie gras. Repas de famille, réveillon entre amis, apéro au bureau… Difficile de passer des fêtes sans se voir proposer une tranche de foie gras. Pourtant, les souffrances que le gavage inflige à 35 millions de canards chaque année ont de quoi couper l’appétit. En 2017, il est temps de chasser cette tradition cruelle de nos assiettes .

Ce lundi 4 novembre l’équipe de WELFARM a œuvré dans le centre de Poitiers afin d’informer les consommateurs sur les conditions d’élevage des canards et des oies pour le foie gras.  Pour WELFARM cette production est cruelle pour ces animaux et actuellement la seule solution: le boycott. A Poitiers, les passants ont bien reçu le message. Certaines personnes n’ont pas eu de difficulté à s’engager, d’autres qui ont besoin plus de temps sont au moins d’accord avec nous quant à la cruauté de cette production.

Un grand merci à Sarah, Christiane, Élodie et Marion.

La Savoie ouvre le challenge #ZEROFOIEGRAS

Ce mercredi 8 Novembre, dans la galerie marchande du Carrefour Cham’Nord à Chambery, Clara Belle et Pauline ont commencé le challenge par un stand. De 10h30 à 16h30, le challenge a été difficile, le foie gras est le « petit plaisir » des fêtes.

  

À l’approche de Noël, WELFARM vous lance un défi : passer des fêtes sans foie gras, ni magret, ni confit. Autrement dit, à boycotter les produits issus du gavage. Un acte fort qui aura un impact réel sur les conditions de vie de millions d’animaux.  

Repas de famille, réveillon entre amis, apéro au bureau… Difficile de passer des fêtes sans se voir proposer une tranche de foie gras. Pourtant, les souffrances que le gavage inflige à 35 millions de canards chaque année ont de quoi couper l’appétit. En 2017, il est temps de chasser cette tradition cruelle de nos assiettes ! C’est pourquoi WELFARM lance le challenge zéro foie gras : en vous inscrivant sur le site zerofoiegras.fr, vous vous engagez à ne consommer aucun produit issu du gavage pendant les fêtes de fin d’année. Durant tout le mois de novembre et décembre, nos bénévoles sillonneront la France pour convaincre un maximum de personnes de s’y inscrire eux aussi. Seul un boycott massif permettra d’envoyer un message clair aux politiques et aux professionnels de la filière. Alors, c’est à vous de jouer !

  1. Préparez-vous à relever le défi

Comme pour tout challenge sportif, la motivation est déterminante. Voici quelques arguments qui devraient vous convaincre de chasser définitivement le foie gras de vos tables de fêtes : chaque année, durant les 14 jours de gavage, 35 millions de canards sont détenus en cage, forcés à ingurgiter deux fois par jour jusqu’à 450g de nourriture en l’espace de 3 secondes, via un tuyau enfoncé dans leur œsophage. L’acte est si violent que les animaux halètent, régurgitent, suffoquent. Leur foie, hypertrophié, peut atteindre 10 fois sa taille normale. Ce n’est pas un hasard si le taux de mortalité peut être 10 à 20 fois supérieur à la normale. Problèmes digestifs et respiratoires, difficulté à marcher, lésions voire perforations de l’œsophage : le gavage sans souffrance, ça n’existe pas ! Sans oublier les 35 millions de canetons femelles éliminés dès la naissance, car jugés moins rentables que les mâles pour la production de foie gras.

  1. Surveillez votre alimentation  

Tout pâté portant l’appellation « foie gras » est issu du gavage. Qu’il se fasse de manière traditionnelle (à l’aide d’un entonnoir) ou automatisée (avec une pompe pneumatique), le gavage est toujours un acte violent et douloureux pour l’animal. WELFARM recommande donc de n’acheter aucune sorte de foie gras, pas même ceux portant le Label Rouge : les canards y sont gavés comme les autres. Fuyez aussi les magrets et confits, quel que soit le label : ils sont eux aussi fabriqués à partir de canards gavés et sont donc synonymes de souffrances, au même titre que le foie gras. Heureusement, de délicieux produits permettent de se faire plaisir pendant les fêtes tout en respectant son engagement : pâtés et terrines bio, faux gras, caviar d’aubergine, tapenade, etc.

  1. Constituez votre équipe 

C’est bien connu, l’union fait la force. Pour relever le challenge zéro foie gras, WELFARM vous encourage donc à expliquer votre démarche à votre famille, à vos amis, à vos collègues de travail. Vous trouverez sur le site de WELFARM tous les arguments pour décrire la production du foie gras et donner envie à vos proches de le boycotter eux aussi. Et comme le défi que vous relevez mérite d’être connu et salué, n’hésitez pas à le partager sur Facebook et Twitter. Un Français sur trois refuse déjà de manger du foie gras pour des questions éthiques et 70% des consommateurs sont favorables à l’interdiction du gavage. Il ne tient qu’à vous de faire grandir cette communauté !

  1. Choisissez vos points de ravitaillement

Dans le cadre de sa campagne zéro foie gras, WELFARM a invité des restaurateurs, des écoles, des maisons de retraite et des restaurants universitaires de toute la France à rayer le foie gras de leur carte. Retrouvez une carte où figurent les noms de tous les professionnels qui ont relevé le défi. Elle sera actualisée au fur et à mesure des engagements pris. Votre commune n’y figure pas ? N’hésitez pas à contacter les établissements que vous connaissez pour les inciter à relever eux aussi le challenge. Pour plus de renseignements, écrivez à benevoles@welfarm.fr.

  1. Vous êtes prêts !

Il ne vous reste plus qu’à vous inscrire en un clic sur zerofoiegras.fr. Ça y est, vous vous êtes engagé à ne consommer ni foie gras, ni magrets, ni confit de canard pendant les fêtes : un immense merci !