Pour les animaux elles ont changé leur vie (témoignage d’Isabelle DEROCHE)

Isabelle Deroche , 40 ans, a travaillé en tout début de carrière pendant 4 ans en tant qu’agent de production dans l’industrie agroalimentaire. Conditionnement / emballage, préparation des plats cuisinés, désossage, elle a occupé tous les postes d’un abattoir de volailles et canards situé dans les Deux Sèvres

 

Pour Welfarm, elle a accepté de revenir sur cette période de sa vie

 

On voit la résignation et la peur dans leurs yeux

« Et oui, j’ai tué. Je dis bien tué… Je n’avais pas la maturité, il fallait travailler, rembourser des emprunts… La prise de conscience s’est faite lors d’un remplacement à l’abattage. Certaines volailles avaient les ailes cassées, d’autres étaient déjà mortes. On voyait la résignation et la peur dans leurs yeux. Cette cruauté m’a choqué. Je me suis demandé pourquoi je faisais cela, dans quel but, quel sens je pouvais y donner. Quelle est la différence entre un chat, un chien et un cochon ? L’animal est réduit à une simple marchandise. Les êtres sensibles, que ce soient les enfants ou les animaux, devraient être protégés. Je souhaiterais que les personnes prennent conscience de ce qu’elles mangent ».

 

Ne pas les juger

« Les personnes qui travaillent dans ces abattoirs sont conditionnées. Elles sont dans un système où on ne leur demande pas de réfléchir, juste d’exécuter. Il ne faut pas les juger. Elles sont exploitées, pour moi, c’est de l’esclavage. Ce n’est pas un métier. Je trouve regrettable que quinze ans après la situation n’ait pas évoluée, c’est toujours une grosse machine à tuer ».

 

Me reconstruire

« Il y a eu tout un cheminement. Il m’a fallu me reconstruire. Aujourd’hui, je m’investis dans des causes nobles et vertueuses. Je suis devenue adhérente ponctuelle de la PMAF, puis régulière. J’ai également changé mon alimentation petit à petit. Cela fait maintenant seize ans que je suis végétarienne. Manger de la viande n’est pas une obligation. Les changements se feront par l’éducation des enfants. « .

 

Isabelle Deroche, bénévole et adhérente de Welfarm

sans-titre-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *